• De la pluie

    De la pluie

  • De la pluie

     

    Ecrit par : Martin Page

    Publié aux éditions : J'ai Lu

     

    Résumé :

    Succession de chroniques dévoilant le rôle de la pluie dans l’érotisme, la création musicale ou encore la sacralisation du monde, ce petit traité est tout sauf un manuel de météorologie.
    Philosophique et poétique, il se veut une apologie de la pluie.
    Pour parvenir à ses fins, l’auteur n’hésite pas à utiliser les armes redoutables du romancier : l’imagination et la prestidigitation.
    Le ton est sérieux, le propos constamment nourri de références historiques, artistiques et scientifiques, qui sont toutes vraisemblables, à défaut d’être véridiques.
    Car Martin Page fait résolument œuvre de prosélyte : il désire convertir son lecteur à sa passion des précipitations.
    Lorsque vous saurez que la pluie est un «monstre bienveillant», qu’elle «porte en elle les gènes de l’enfance» et qu’«elle permet de tomber amoureux sans objet», vous lèverez les yeux au ciel pour guetter les nuages.
    Ce traité est un éloge, un catalogue et un plaidoyer. Les aphorismes abondent au fil des chroniques, on pense, on contemple, on rit, on se laisse porter par l’imagination déployée.

     

    Avis :

    Martin Page à travers cet essai fait l'éloge de la pluie sur un ton à la fois humoristique et poétique. Il nous la décrit sous toutes ses formes, de différentes manières; l'auteur joue avec les mots et nous fait partager son amour pour la pluie à travers une centaine de pages décomposées en pages ou en quelques lignes.

    Il nous dévoile quelques petites histoires la concernant mais jamais il n'évoque un point de vue scientifique, c'est uniquement la pluie vue par les yeux d'un auteur talentueux qui se lit très facilement. Son écriture est fluide, douce; le livre se lit très rapidement. Pour moi qui suis une lectrice rapide j'ai mis un peu moins deux heures il me semble.

    A travers ce thème peu commun l'auteur nous emporte au fil de la pluie qui tombe drue ou douce, par torrent ou sous forme la bruine. Finalement Martin Page arrive à nous convaincre que la pluie c'est la vie, qu'elle nous est essentielle et qu'elle est belle. Elle a tout pour nous plaire, il suffit d'ouvrir les yeux, de voir, et de ne pas se contenter de regarder.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique