• En miroir

    En miroir

     

    Et si l'on fermait les yeux, rien qu'une fois dans la vie ?

    C'est ce qui m'a prise un beau matin de novembre, j'ai essayé et me suis retrouvée seule face à moi-même. Seule face à l'incommensurable bazar dans lequel se trouve mon cerveau. C'est ainsi que, par bribes, j'ai trouvé et retrouvé des bouts de moi que je ne connaissais pas ou que j'avais tenté d'oublier. J'ai mesuré l'ampleur de mon malheur et mal-être, la profusion de catastrophes psychiques accumulées et mal dissimulées. Je me suis retrouvée face au désastre, je n'avais plus le choix : être ou ne pas être. Il fallait que je sois. Il y a toujours un moment où la protection illusoire que l'on s'offre s'effrite et tombe en ruine, l'illusion que tout va bien ne fonctionne plus. Mais peut-être n'a-t-elle jamais fonctionnée et suis-je restée tel un livre ouvert face au monde qui, les yeux sur moi, n'attendait qu'un faux-pas. Pas besoin de m'aider, je sais me détruire seule. Vous n'aurez qu'à contempler le fruit de mon labeur : ma chute. Et d'autant plus dure elle sera qu'il n'y aura personne en bas. C'est ainsi que cela se passe lorsque l'on rejette la main et l'aide des autres et même celle de soi-même.